Rien que la force : les travailleuses domestiques s'organisent contre la violence sexiste

La violence et le harcèlement prennent de nombreuses formes. Qu'il s'agisse d'un événement unique ou répété, qu'il vise ou aboutisse à la violence, qu'il soit physique, psychologique, sexuel ou économique, cela ne fait aucune différence. Tout cela est inacceptable, et rien de tout cela n'est la faute du survivant. Et nous disposons désormais d'un outil puissant pour le combattre : la Convention de l'OIT contre la violence et le harcèlement dans le monde du travail (C190).

Comment les travailleurs domestiques ont-ils vécu la VBG ? Et quels remèdes ont-ils trouvés ?

Dans la campagne IDWF, Domestic Workers, not Abuse, nous travaillons avec nos affiliés pour documenter cette violence structurelle, comprendre ses causes et ses impacts, et trouver des moyens pour que la justice prévale. 

Dans ce recueil d'histoires, aussi diverses que soient les expériences des travailleuses domestiques, elles ont toujours une chose en commun : elles n'ont trouvé aucune meilleure ressource contre la VBG que le soutien du mouvement.

Rapport (pour lecture à l'écran)

Anglais Français Espagnol

Rapport (pour impression)

Anglais Français Espagnol