Pas un pas en arrière dans la quête des droits des Travailleurs Domestiques en République Dominicaine !

La Fédération internationale des travailleurs domestiques (FITD) exprime sa profonde préoccupation face à la décision rendue le 6 juin par la Cour constitutionnelle de la République dominicaine, qui a déclaré l'inconstitutionnalité de la résolution n° 14-2022 sur « l'adoption et l'harmonisation des mesures relatives à l'amélioration du respect de la Convention 189 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) », statué le 25 août 2022.

Cette décision représente un revers fort pour les travailleurs domestiques, dont les organisations syndicales avaient conquis, après des décennies de lutte et de plaidoyer politique, un régime réglementaire qui favoriserait la formalisation du secteur. La résolution n° 14-2022 consacre un socle de droits fondamentaux pour les travailleurs domestiques rémunérés, tels que l'obligation d'un contrat de travail formel, la fixation d'un salaire minimum, l'inclusion dans la sécurité sociale et la définition d'une journée de travail. travail. Cette résolution, en outre, est alignée sur la Constitution dominicaine en ce qui concerne la garantie du droit à l'égalité et à la non-discrimination, la promotion de la dignité et de la justice sociale.

En 2013, la République dominicaine a ratifié la Convention 189 de l'OIT (C189), assumant ainsi la responsabilité d'assimiler les droits des travailleurs domestiques à ceux des autres travailleurs. Cependant, dix ans plus tard, ce secteur continue de faire face aux mêmes conditions d'exploitation et de discrimination qu'il a subies historiquement, a consacré un Code du travail qui permet le paiement en nature, de longues heures de travail sans repos ni vacances, et des salaires inférieurs au minimum actuel, entre autres injustices qui ont contribué à la précarité du secteur et ont même favorisé des situations d'esclavage moderne.

Les données parlent d'elles-mêmes : bien que le secteur représente 5.4% de la population active du pays, 94.8% des travailleurs domestiques sont dans le secteur informel, seulement 3.53% ont une assurance maladie et seulement 3% sont affiliés au système de retraite. De même, le travail domestique concentre le plus grand nombre de ménages en situation de pauvreté : 20.33%. Sur les 260,000 90 personnes qui composent cette catégorie, 56 % sont des femmes et 14 % sont chefs de famille. Il ne fait aucun doute que la nullité de la résolution n° 2022-XNUMX implique un revers géant dans l'ordre social, économique et des droits humains pour un groupe très vulnérable.

À l'IDWF, nous exigeons que les travailleurs domestiques dominicains jouissent sans plus tarder des mêmes droits que les autres travailleurs et que la valeur sociale et économique de leur travail soit reconnue. La constitution dominicaine elle-même reconnaît le travail domestique comme une activité économique créatrice de valeur ajoutée et productrice de richesse et de bien-être social. Les travailleurs domestiques rendent tous les autres emplois possibles : s'ils n'assumaient pas les tâches de soins, de cuisine, de nettoyage et de lessive - parmi tant d'autres - dans les foyers dominicains, le reste des personnes qui composent la société seraient empêchées de travailler et de gagner un revenu.

L'FITD soutient de tout cœur ses organisations affiliées UNFETRAH-FENAMUTRA, ATH et SINTRADOMES-CASC. En leur nom et au nom du mouvement mondial des travailleurs domestiques, nous exhortons le gouvernement dominicain à prendre toutes les mesures nécessaires pour renverser la décision injuste et discriminatoire de la Cour constitutionnelle. Nous appelons également les pouvoirs exécutif et législatif à promouvoir de toute urgence la conception et l'approbation d'un cadre juridique spécifique pour les travailleurs domestiques rémunérés, conformément à la C189. Le secteur a besoin et mérite – plus qu'une résolution – une loi de protection complète qui assimile ses droits à ceux du reste des travailleurs.

Les travailleurs domestiques de la République Dominicaine ne vont pas renoncer aux droits acquis depuis la ratification de la Convention 189. Et la FITD continuera à les accompagner : nous n'abandonnerons pas tant que l'Etat Dominicain n'aura pas réglé sa dette historique et rendu possible le travail décent ! et la justice sociale pour eux et leurs familles !

Déclaration en :

Anglais Espagnol

Publications récentes

Rechercher