Arrêtez la déportation des travailleuses domestiques et militantes : Sujana et Rosa

Contributeurs : Mouvement contre le racisme

Appel à la solidarité pour la libération immédiate de Sujana et Rose – deux courageuses travailleuses domestiques migrantes au Liban qui ont été arrêtées en raison de leurs activités syndicales.

Détails

Mise à jour le 12/12/16

Chers amis,
Enfin Sujana Déportée au Népal, elle est à notre contact maintenant. Mais Rosa Maya est en détention jusqu'à ce jour. Nous essayons de résoudre les problèmes,
Je vous remercie,
Nisha Baniya
au nom de GEFONT Népal

Déclaration commune
Beyrouth 9/12/16

Lire la déclaration originale sur le Facebook du Mouvement contre le racisme

Nous, les organisations soussignées, avons été informées que Sujana Muni Rana et Rose Limu Jee, ressortissantes népalaises et membres du Syndicat des travailleurs domestiques, ont été arrêtées la semaine dernière (Sujana il y a 9 jours et Rose il y a 5 jours) et sont actuellement détenues par le Sécurité générale à Beyrouth, Liban. Nous avons également été informés que Sujana est menacée d'expulsion le samedi 10 décembre 2016. Pourtant, nous n'avons aucune information sur le statut juridique de Rose.

Lire la suite: Liban : le Liban expulse une travailleuse domestique et en retient une autre

Les raisons de ces arrestations ne sont toujours pas claires car la Sûreté générale libanaise n'a publié aucune déclaration ni accusation officielle. Sujana et Rose ont un permis de résidence et de travail légal au Liban. Ils ont été emmenés et arrêtés au domicile de leurs employeurs. Nous sommes extrêmement préoccupés par leur arrestation et la décision soudaine et très rapide de les expulser sans aucun contrôle judiciaire ou sans qu'ils soient autorisés à recevoir des visites ou à désigner un avocat.

Nous voudrions rappeler aux autorités libanaises que le Liban a ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) qui est considéré comme faisant partie de la Constitution libanaise. En conséquence, l'article 13 du PIDCP dispose qu'un étranger se trouvant légalement sur le territoire de l'État ne peut en être expulsé qu'en exécution d'une décision prise conformément à la loi, qu'il est autorisé à faire valoir les motifs de son expulsion et qu'il a le droit désigner un avocat pour le représenter.

Sujana et sont des défenseurs des droits des travailleurs domestiques au Liban, et ont déployé des efforts pendant des années pour documenter et dénoncer les violations contre les travailleurs domestiques migrants causées par le système Kafala/parrainage au Liban. Ce système, qui repose sur des instructions administratives, lie le séjour légal d'une travailleuse domestique au Liban à un seul employeur sans qu'elle ait le droit de changer d'employeur sans son consentement. De plus, il n'accorde aucune protection juridique aux travailleurs domestiques migrants car ils sont explicitement exclus du droit du travail libanais. Ainsi, le système Kafala les prive du droit à la liberté de mouvement, au repos, au salaire minimum et à plusieurs autres droits humains fondamentaux, notamment le droit de réunion et d'association.

Le cas de Sujana et Rose aujourd'hui prouve une fois de plus la vulnérabilité juridique des travailleuses domestiques migrantes au Liban, leur sort étant toujours entièrement contrôlé par les autorités et les employeurs. La dernière action de la Sûreté générale éveille les soupçons sur la possibilité de l'existence de mesures discriminatoires à l'encontre des défenseurs des droits de l'homme et du droit à la liberté d'association garantis dans le préambule de la Constitution libanaise.

Sur la base de ce qui précède, nous demandons à la Sûreté générale de :

  • Interrompre immédiatement la décision d'expulser Sujana et Rosa et leur accorder suffisamment de temps pour désigner un avocat, obtenir un procès équitable et faire appel de la décision de les expulser conformément à une procédure régulière fondée sur l'article 13 du Pacte international relatif aux droits politiques et civils .
  • Libérer immédiatement Sujana et Rosa en raison du soupçon que leur arrestation était fondée sur leur travail syndical et, dans tous les cas, divulguer officiellement les raisons de leur arrestation et de leur détention compte tenu de la gravité des abus et des infractions dans des cas similaires.
  • S'abstenir de toute mesure discriminatoire à l'encontre de Sujana et Rosa en raison de leurs droits humains et de leur travail syndical en ce qui concerne le droit à la liberté d'association protégé par la Constitution libanaise et les pactes et conventions internationaux, en particulier dans le contexte du déséquilibre juridique et pratique existant dans la relation actuelle entre travailleurs domestiques et employeurs.
  • Suspendre le système de parrainage, qui crée un point d'entrée facile pour la traite des êtres humains et pour de nombreuses violations des droits de l'homme.

Signataires:

  1. FITD - Fédération internationale des travailleurs domestiques
  2. CSI - Confédération syndicale internationale
  3. Mouvement anti-racisme
  4. Agenda juridique المفكرة القانونية
  5. KAFA (assez) Violence & Exploitation
  6. Comité de coordination népalais de Pravasi (PNCC) - Népal
  7. Ruwad Houkouk Frontières Droits
  8. Réseau des femmes défenseures des droits humains
  9. Cldh Ngo
  10. Centre Tamkeen
  11. Association Insan : Défendre les droits humains
  12. ANMR : Réseau arabe pour les droits des migrants
  13. Services aux migrants et développement
  14. L'organisation George Kossaifi
  15. Compagnie de théâtre Zoukak et association culturelle
  16. Ain o Salish Kendra (ASK) - Bangladesh
  17. Comité de coordination népalais de Pravasi (PNCC) - Népal
  18. FENASOL
  19. Confédération syndicale arabe
  20. Forum des migrants en Asie

(Ouvert aux signatures des syndicats et organisations)

La source: Mouvement anti-racisme

Publications récentes

Rechercher