Déclaration publique de la FITD Justice pour Miguel #BlackLivesMatter

Nous sommes solidaires et en soutien à nos affiliés au Brésil, la Fédération nationale des travailleurs domestiques FENATRAD dans sa lutte quotidienne contre le racisme et rejoignons les voix mondiales pour exiger #JusticeForMiguel, justice pour João Pedro Matos, un garçon noir de 14 ans qui a été abattu mort par la police à Rio de Janeiro le 18 mai, et justice pour Marielle Franco, assassinée pour être une voix franche de la population noire et queer des bidonvilles, et tant d'autres.

Détails

La famille mondiale des travailleurs domestiques - la Fédération internationale des travailleurs domestiques, pleure une fois de plus la perte d'une vie noire, la mort de Miguel Otávio Santana da Silva, un enfant noir de 5 ans d'un travailleur domestique à Recife, au Brésil, en juin 3.

Le décès de Miguel est survenu alors qu'il se trouvait sur le lieu de travail de sa mère. Sa mère, une employée de maison noire, n'a pas obtenu son droit à une quarantaine rémunérée, comme elle était censée être fournie par son employeur. L'employeur, SARÍ GASPAR CÔRTE REAL, femme blanche et épouse du maire de la ville de Tamandaré, au Brésil, a convoqué la mère de Miguel au travail malgré la quarantaine. Les écoles étant fermées, Miguel l'accompagne au travail. La mère a été forcée de descendre promener le chien de l'employeur pendant que l'employeur, qui lui faisait les ongles, restait dans l'appartement avec l'enfant. Alors que Miguel ne cessait de réclamer sa mère, l'employeur, « ennuyé » par l'enfant, fit monter l'enfant de 5 ans dans l'ascenseur et l'envoya au 9e étage ; plus tard, Miguel a été retrouvé mort dans la cour de l'immeuble après être tombé du 9e étage. 

L'employeur a payé une amende d'environ 4,030 19 USD et a été libéré sous caution. Elle est accusée d'homicide involontaire (sans intention de tuer), et éventuellement de négligence et d'abandon d'une personne vulnérable, selon la ligne qui sera prise par les autorités locales d'enquête. La police et les médias ont traité l'affaire comme un "accident". La mère et la grand-mère de Miguel viennent d'être confirmées infectées par le covid-XNUMX.

Ces histoires sont inacceptables et ne devraient jamais arriver. De telles tragédies ne sont pas des incidents isolés mais plutôt des conséquences du racisme systémique et comme l'héritage vivant de l'esclavage et de la privation des droits des communautés noires, de couleur et indigènes au Brésil et dans le monde.

Tout comme l'IDWF soutient nos affiliés aux États-Unis en appelant à l'action pour soutenir le mouvement #BlackLivesMatter, nous comprenons la dimension mondiale du travail qui doit être fait pour mettre fin à ces tragédies. Nous nous engageons à lutter pour la justice raciale, économique et sociale afin de démanteler les différents systèmes d'oppression qui rendent les travailleurs domestiques, dont la majorité sont des femmes de communautés marginalisées, extrêmement vulnérables. 

Nous sommes solidaires et en soutien à nos affiliés au Brésil, la Fédération nationale des travailleurs domestiques FENATRAD dans sa lutte quotidienne contre le racisme et rejoignons les voix mondiales pour exiger #JusticeForMiguel, justice pour João Pedro Matos, un garçon noir de 14 ans qui a été abattu mort par la police à Rio de Janeiro le 18 mai, et justice pour Marielle Franco, assassinée pour être une voix franche de la population noire et queer des bidonvilles, et tant d'autres. 

Veuillez signer et partager les pétitions et campagnes en ligne suivantes pour soutenir l'appel des travailleurs domestiques à la justice pour Miguel au Brésil :

#BlackLivesMatter #VidasNegrasImportan

Publications récentes

Rechercher