Assez de violence et de harcèlement envers les travailleuses domestiques au Pérou !

Depuis la Fédération Internationale des Travailleurs Domestiques (FITD), nous condamnons les actes de violence et d'abus récemment commis contre une jeune travailleuse domestique au Pérou. Nous demandons aux autorités d'enquêter et de rendre justice, et exprimons notre soutien et notre solidarité à la victime, à sa famille et à nos affiliées engagées dans ce cas et d'autres cas de violation des droits des travailleuses domestiques.

Le 11 mai, la Police Nationale du Pérou (PNP) a secouru une travailleuse domestique âgée de seulement 19 ans alors qu'elle tentait de sauter du troisième étage d'une résidence située dans le quartier exclusif du Miraflores Country Club, dans la région de Piura, pour échapper à une tentative d'abus sexuel. La jeune fille, qui travaillait dans cette maison depuis seulement 16 jours, a affirmé avoir été agressée sexuellement à plusieurs reprises par un membre de la famille employeur.

"Ce type d'actes de harcèlement s'est toujours produit chez les employeurs, mais beaucoup de travailleuses domestiques ne les dénoncent pas par peur de l'employeur ou de se faire pointer du doigt par leurs partenaires et leurs proches. Elles ont honte et peur des représailles. Ce qui est arrivé à cette jeune travailleuse domestique ne peut pas rester impuni. Le Convention 190 doit être mis en œuvre immédiatement dans le pays. Les travailleuses du foyer sont celles qui font tourner l'économie et nous avons des droits. Nous exigeons d'être protégées dès maintenant !", déclare María de los Ángeles Ochoa, leader de la Fédération Nationale des Travailleuses Domestiques Rémunérés du Pérou (FENTRAHOGARP).

En 2018, plus de 1 686 plaintes pour agressions physiques et psychologiques contre les travailleuses domestiques ont été enregistrées, selon les chiffres du Ministère de la Femme. D'autre part, selon l'étude "Derrière le Tablier", réalisée par ce même organisme d'État en 2007, 1 travailleuse domestique sur 10 avait subi des violences physiques et 5 violences psychologiques au travail cette année-là, tandis que 3 sur 10 avaient subi une forme de harcèlement et/ou de violence sexuelle.

Le manque de données statistiques sur ce sujet met en évidence deux grands défis : 1) la nécessité d'un suivi actif de la problématique par l'État ; 2) la nécessité de sensibiliser, de former et de soutenir les travailleuses domestiques pour qu'elles dénoncent les cas de harcèlement et de violence ; le manque d'informations sur les normes en vigueur et les mécanismes d'accès à la justice, ainsi que la peur des représailles, le déni et la stigmatisation, poussent les travailleuses domestiques à garder le silence.

Pour Marcolina Infante, Secrétaire Générale du Syndicat des Travailleuses et Travailleurs Domestiques de la Région de Lima (SINTTRAHOL), "il n'y a pas de statistiques réelles sur les abus et la violence dans le monde du travail domestique car les camarades qui sont victimes de violences ne portent généralement pas plainte par peur et honte. Les employeurs ont un pouvoir économique et psychologique sur nous. Nous ne réagissons pas, nous restons paralysées, et ainsi les abus restent impunis et oubliés".

Le harcèlement sexuel est une forme de violence de genre et l'une des manifestations les plus fréquentes des relations inégales de pouvoir entre les travailleuses domestiques et les employeurs. Cela représente un risque psychosocial pouvant entraîner de graves conséquences physiques et émotionnelles pour les victimes, constituant ainsi un grave problème de santé et de sécurité au travail dans le domaine domestique, mais aussi - et plus grave encore - une violation des droits fondamentaux des travailleuses domestiques.

" Au Pérou, il est historique que les enfants des employeurs entament leur vie sexuelle avec les travailleuses domestiques. J'ai moi-même vécu cela quand j'étais très jeune : le fils de mon employeur et mon employeur m'ont agressée. Après cela, j'ai toujours cherché du travail dans des maisons où il n'y avait pas d'hommes. Le traumatisme et la peur m'ont accompagnée depuis lors. Je tremble encore si quelqu'un envahit mon espace ", raconte Marcolina Infante.

Un secteur vulnérable à la violation des droits

Bien que ces dernières années le Pérou ait réalisé de grands progrès en matière de protection légale des travailleuses domestiques, dans la pratique, le travail décent est encore loin d'être une réalité. L'enquête sur les ménages menée par l'Institut National de Statistique et d'Informatique (INEI) en 2019 révèle que sur plus de 420 000 travailleuses domestiques dans le pays, dont plus de 95% sont des femmes, près de 90% sont employées de manière informelle, la moitié gagne moins que le salaire minimum vital (RMV) et près de 40% travaillent plus de 48 heures par semaine.

De plus, une grande partie de la main-d'œuvre du travail domestique au Pérou est composée de femmes indigènes et afro-péruviennes, dont beaucoup sont des migrantes internes. Il existe également un pourcentage élevé de femmes chefs de famille vivant dans la pauvreté. À cela s'ajoute la nature même de leur travail, qui se déroule dans des foyers privés, en solitude et à l'abri des regards, dans des conditions de grande inégalité de pouvoir avec leurs employeurs. Tout cela contribue à accroître la vulnérabilité des travailleuses domestiques à la violence et au harcèlement, en particulier celles qui travaillent sous la modalité "sans congé".

Ainsi, les travailleuses domestiques constituent un secteur qui, en raison des particularités de celles qui le composent, des caractéristiques spécifiques de l'activité et de la précarité dominante, est disproportionnellement exposé à la discrimination, à l'abus, au harcèlement sexuel, à la violence et à la violation des droits. C'est ainsi que la dirigeante de SINTTRAHOL le résume : "Les employeurs demandent des références sur nous avant de nous embaucher, mais nous ne savons rien des employeurs lorsque nous commençons à travailler dans une maison. Nous restons enfermées avec eux à l'intérieur, complètement exposées et vulnérables. Nous les prenons en charge, mais qui prend soin de nous ? Au Pérou, le travail domestique est un travail dangereux ".

Du papier à la pratique

Bien que les données concrètes et les expériences des travailleuses domestiques montrent une réalité décourageante, le Pérou dispose de nombreux - et bons - instruments juridiques et initiatives visant à garantir le droit des travailleuses domestiques à des conditions de travail décentes, équitables et sûres, exemptes de toute forme de violence et de harcèlement. Passons en revue les principaux :

  • Convention 189 de l'OIT et sa Recommandation N° 201 (sur le travail décent pour les travailleuses domestiques)
  • Loi N° 31047 (des Travailleuses et Travailleurs Domestiques, 2020)
  • Convention 190 de l'OIT (sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail).
  • Loi N° 30364 pour prévenir, sanctionner et éradiquer la violence contre les femmes et les membres du groupe familial
  • Loi N° 27942 pour la prévention et la sanction du harcèlement sexuel.
  • Service public "Travaille sans harcèlement", offrant une assistance, une orientation, un soutien psychologique et juridique aux victimes de harcèlement ou de harcèlement sexuel sur le lieu de travail.
  • Programme Aurora, qui met en œuvre différentes actions pour prévenir la violence, fournir des services d'assistance et de protection aux victimes de violence et d'abus sexuels, et inclut des lignes directrices spécifiques pour fournir une attention différenciée aux travailleuses domestiques en raison de leurs conditions et caractéristiques particulières.
  • Divers mécanismes de signalement et d'accès à la justice.

La contribution des organisations de travailleuses domestiques du Pérou et de la FITD à la conception et à l'adoption de la réglementation et des initiatives mentionnées a été cruciale. De plus, les affiliées de la FITD au Pérou (FENTRAHOGARP, SINTTRAHOL, IPROFOTH et CCTH) jouent un rôle central dans l'accompagnement, le soutien psychologique et l'assistance juridique aux victimes de violence et de harcèlement au travail, ainsi que dans la formation et la sensibilisation de leurs membres.

"Grâce au soutien de mon syndicat et de la FITD, j'ai pu commencer à parler. Après de nombreuses années d'avoir été victime d'abus et de l'avoir gardé secret, je me suis risquée à le raconter dans l'émission LUNA de la FITD, et c'est alors que j'ai commencé à guérir. Il est important que cette jeune victime parle et dénonce. Nous sommes là pour la soutenir",déclare Marcolina Infante.

Il est temps de passer à l'action

Face à l'agression récente subie par une travailleuse domestique et aux actes répétés de harcèlement et de violence contre d'autres travailleuses domestiques au Pérou, la FITD en appelle au gouvernement et à la justice de ce pays pour :

  • Procéder à l'enquête urgente sur l'affaire (sans revictimiser la victime) et sanctionner adéquatement les responsables.
  • Garantir une juste réparation pour la victime.
  • Fournir une prise en charge globale de la victime (soutien psychologique, soutien social, conseils juridiques gratuits).
  • Renforcer la surveillance et l'inspection du travail domestique rémunéré.
  • Mettre effectivement en œuvre les lois nationales et les instruments internationaux en matière de prévention, d'éradication et de sanction du harcèlement sexuel et de la violence de genre.
  • Assurer le respect effectif des lois nationales et des instruments internationaux protégeant les droits du travail et les droits humains des travailleuses domestiques.
  • Garantir la représentation et la participation des organisations de travailleuses domestiques dans l'élaboration et la mise en œuvre de normes, de politiques publiques et d'initiatives visant à prévenir et à éliminer la violence et le harcèlement dans le secteur du travail domestique rémunéré, ainsi qu'à assurer des conditions de travail et de vie décentes pour les travailleuses domestiques.
  • S'acquitter de l'obligation de soumettre à l'OIT les rapports relatifs à la mise en œuvre des conventions ratifiées par le Pérou.

En tant que fédération internationale engagée dans la reconnaissance et le respect des droits du travail et des droits humains des travailleuses domestiques dans le monde entier, la FITD lance un appel énergique au gouvernement péruvien pour qu'il agisse DÈS MAINTENANT : Il n'y a aucune excuse pour la violence et le harcèlement envers les travailleuses domestiques !

#PrendsSoinDeCeuxQuiTeSoutiennent

Publications récentes

Rechercher