Déclaration de l'FITD à l'occasion de la Journée internationale des migrants 2023

À l'occasion de la Journée internationale des migrants, la Fédération internationale des travailleurs domestiques (FITD) appelle à une action immédiate pour protéger les droits du travail des travailleuses domestiques migrantes. La FITD lance un appel général à reconnaître leur contribution vitale à nos économies et à nos sociétés, et à mettre en œuvre des actions concrètes pour garantir leurs droits fondamentaux comme ceux detout autre travailleur.

Le travail domestique rémunéré est une source d'emploi pour 11.5 millions de femmes migrantes, dont 80 % sont concentrées dans des pays à revenu élevé, avec des différences significatives selon les régions. Malgré leur contribution, ces travailleuses sont confrontées à des défis importants et à des facteurs qui ont intensifié le besoin de leurs services ainsi que les flux migratoires dans le domaine du travail domestique, tels que les changements démographiques, l'évolution des structures familiales ou l'augmentation de la demande de soins dans le monde.

Dans de nombreux pays, les travailleuses domestiques migrantes constituent un élément essentiel de ce que l'on appelle la « crise des soins ». Ces femmes, à la recherche d'opportunités, quittent leur pays pour travailler et en même temps délèguent les soins de leur propre famille à d'autres femmes dans leur pays d’origine. Malgré la distance, elles réinventent les soins familiaux en envoyant des fonds et en passant des appels vidéo pour s'assurer du bien-être de leurs enfants malgré la distance. Les difficultés financières et bureaucratiques auxquelles elles sont confrontées rendent presque impossible le regroupement familial. Ces « chaînes de soins mondiales » s'appuient sur une main-d'œuvre flexible, sous-payée et précaire et, dans de nombreux cas, sur des conditions d'abus, de traite, de violence et d'extrême vulnérabilité tout au long du processus de migration.

Il est temps d'agir !

Les travailleuses domestiques migrantes sont au cœur d'une situation urgente qui exige notre attention collective. De la vulnérabilité lors du recrutement à l'exploitation extrême sur leur lieu de travail, ces femmes sont confrontées à des abus inacceptables qui non seulement violent leurs droits fondamentaux, mais perpétuent un cycle d'inégalités et d'abus.

Il est temps de briser ces chaînes d'injustice. Nous exigeons des mesures concrètes de protection juridique, des politiques d'assistance ciblées, une couverture sociale et un accès à la justice sans barrières.

Chaque vie perdue en tentant d'échapper à des conditions inhumaines est un signal d'alarme que nous ne pouvons plus ignorer. Pourquoi permettons-nous que ce « business » de la migration soit un calvaire pour tant de femmes ? Il est temps d'assumer une responsabilité collective - agissons maintenant pour mettre fin à cette injustice et donner à ces travailleuses la dignité et les droits qu'elles méritent !

Notre seul moyen d'avancer est de nous unir, de nous organiser et de mobiliser notre force collective. Ensemble, nous resterons fermes dans nos revendications afin de :

  • garantir la liberté d'association pour les travailleuses domestiques migrantes ;
  • ratifier et respecter les normes internationales relatives à la migration et au travail ;
  • mettre en œuvre les cadres de protection juridique existants et l'accès à la protection sociale dans les pays d'origine et de destination ;
  • mettre en place des mécanismes efficaces d'inspection du travail ;
  • créer des mesures visant à garantir un travail décent et des conditions de vie dignes aux travailleuses domestiques migrantes à toutes les étapes du processus de migration ;
  • assurer des mécanismes de coordination bilatéraux et transnationaux pour garantir leurs droits humains ;
  • garantir une assistance juridique et un accès à la justice pour tous les travailleurs et travailleuses, quel que soit leur statut d'immigration ;
  • lutter contre les abus, la traite des êtres humains et le travail forcé, y compris les systèmes de parrainage et la kafala au Moyen-Orient ;
  • réaliser des campagnes d'information, de sensibilisation et de conscientisation efficaces sur le travail domestique et la migration.

Nous exhortons les gouvernements, les syndicats et la société en général à utiliser les mécanismes existants, à soutenir la réalisation de nos demandes et à défendre les droits des travailleurs et travailleuses domestiques migrant.e.s.

#Pasdexcuse

Lire la pétition des syndicats de travailleurs domestiques pour la sécurité et la justice des migrant.e.s en Ouganda, au Kenya, en Tanzanie et à Zanzibar.

Téléchargez ici

Anglais Espagnol Français

Publications récentes

Rechercher