Tu chantes quand tu te laves quand il y a du bonheur à la maison, entretien avec Esther Kosi, DSWU, Ghana

Entretien avec Esther Kosi, secrétaire générale du DSWU, Ghana

Détails

TU CHANTES QUAND TU LAVES QUAND IL Y A DU BONHEUR À LA MAISON

Entretien avec Esther Kosi, Secrétaire générale du DSWU, Ghana par Carmel Purkis, IDWF

2018 Novembre 15
Le Cap

J'ai rencontré Esther dans le hall de l'hôtel, alors que les participants au Congrès s'enregistraient, étreignaient de vieux amis et faisaient correspondre les visages aux appels Skype. J'ai d'abord pensé qu'elle était une déléguée du Kenya, car elle portait un maillot de football kenyan. Elle a ri et a souligné qu'il y avait même son nom au dos, car un ami du Kenya l'avait fait pour elle. C'est le premier de nombreux échanges et actions qui auront lieu au Cap cette semaine, alors que les travailleurs domestiques s'unissent au Congrès.

Comment avez-vous entendu parler du mouvement pour les droits des travailleurs domestiques ?

J'ai suivi des études sur le travail au Collège et j'ai spécialisé mon travail de projet sur les travailleurs domestiques.

Pourquoi les études ouvrières?

Parce que je suis syndicaliste. J'organisais pour le syndicat. 

Je fais partie de la guilde des acteurs du Ghana depuis que je suis jeune. J'avais 15 ans quand j'ai commencé à travailler comme domestique et j'ai travaillé comme costumière dans l'industrie du cinéma. Je nettoyais les costumes et m'occupais des vêtements spéciaux.

La guilde est affiliée au syndicat au Ghana. L'occasion s'est présentée pour moi d'étudier au Collège des travailleurs, et je l'ai fait.

Qui avez-vous organisé ?

J'ai organisé des récupérateurs de déchets, des travailleurs domestiques. J'ai organisé une manifestation de rue pour les kayayei, les porteurs en chef. Je fais ça depuis 2008.

J'étais secrétaire du syndicat local des chauffeurs de taxi. Je suis en contact avec eux. Je leur donne des clients et des tâches à accomplir, et j'établis une relation avec les chauffeurs partout.

Lorsque la convention 189 a été adoptée par l'OIT en 2011, le syndicat m'a envoyé pour organiser les travailleurs domestiques pour les programmes via WIEGO.

Comment était-ce d'organiser les travailleurs domestiques?

« Je suis toujours employée de maison. Maintenant, je travaille dans des maisons, mais beaucoup de mes employeurs sont des acteurs pour lesquels j'ai travaillé auparavant.

J'ai abordé les problèmes des travailleurs domestiques parce que le message circulait que le travail domestique est un travail décent. Il s'agissait de travailleurs domestiques dans les maisons que je connaissais – chauffeurs, cuisiniers, jardiniers, blanchisseurs, personnes qui s'occupent d'animaux domestiques. Et le bruit courait que les travailleurs domestiques devaient avoir des droits. Le travail domestique est un travail décent.

Comment étaient les premières années ?

Difficile. Si vous avez peu d'éducation, essayer de vous convaincre est difficile. Nous annoncions que les gens devaient se rencontrer, mais c'était difficile à expliquer. Quand je parle, ils ne comprennent pas toujours quel est le message. Qu'il est important d'empêcher les gens de vous tromper et de vous mépriser.

Mais quand ils comprennent et comprennent, c'est excitant.

Lorsque vous organisez, que voulez-vous que les travailleurs sachent ?

La première chose est que lorsque vous adhérez au syndicat, vous avez une voix forte. Au Ghana, vous êtes libre d'adhérer à un syndicat. Nous avons la liberté d'association. Mais les employeurs essaient de les en empêcher.

J'ai fait une étude de cas, où j'ai creusé profondément, profondément

Qu'as-tu trouvé?

J'ai vu des employeurs qui répriment les employés. Obligé de s'endormir à 8 heures — vous n'avez même pas le choix de choisir quand vous dormez. Obligés d'aller à l'église de leur employeur. Une jeune femme catholique a été forcée d'aller dans un temple hindou. Elle n'était pas autorisée à pratiquer sa propre religion. L'employeur ne lui versait pas un salaire régulier – il n'y avait pas de contrat, donc le salaire était négociable. La jeune femme n'a pas toujours pu manger tous ses repas.

Alors, je suis intervenu.

Comment as-tu fais ça?

J'ai contacté Adjoa Sakyi pour obtenir des conseils et elle m'a dit que je devrais retourner m'asseoir avec l'employeur. Alors je suis revenu avec la Convention 189 et j'ai commencé à parler. J'ai dit que si quelque chose arrivait à la fille, elle serait arrêtée. La fille aussi avait des droits. Elle avait besoin de construire une relation pour que l'employé soit heureux à la maison.

L'employeur a déclaré que la fille était pauvre et vulnérable dans le village et qu'il l'aidait donc en l'amenant en ville.

Je lui ai dit : "si tu l'as amenée du village, tu dois la payer". Et j'ai dit à l'employeur qu'elle était autorisée à aller à l'église de son choix.

Comment l'employeur a-t-il réagi ?

Elle a dit qu'elle contacterait la mère de la fille dans le village et lui demanderait ce qu'elle devait payer. Mais, elle n'a pas appelé la mère. Alors, j'ai appelé la mère.

Maintenant, la fille est partie. Je lui ai trouvé un endroit où aller et vivre. Elle a signé un contrat afin qu'elle sache combien d'argent elle recevra, et elle est heureuse. Elle reçoit un salaire toutes les 2 semaines et elle aime ça comme ça.

Au Ghana, ils ne sont pas payés au salaire minimum, mais il est négociable.

L'employeur n'a pas demandé à la fille ce qu'elle voulait. Que se passerait-il si la fille n'avait pas de mère ?

Elle travaillerait gratuitement.

D'après votre expérience, quels sont les plus grands défis pour les travailleurs domestiques ?

Premièrement, ils ne connaissent pas leurs droits. L'ignorance des droits. Ils devraient avoir de meilleures conditions d'emploi. Ils méritent un emploi qui respecte la santé et la sécurité au travail. Ils ne doivent pas travailler dans des conditions dangereuses.

Deuxièmement, nous devons établir des alliances avec les agences et toutes les personnes impliquées afin de pouvoir créer une grande prise de conscience partout. Nous avons du mal à nous organiser car les fonds sont limités.

Si les travailleurs domestiques avaient les mêmes droits que les autres travailleurs, que diriez-vous d'une bonne chose à être un travailleur domestique ?

Vous avez de la passion pour le travail que vous faites. Lorsque vous lavez, vous commencez à chanter s'il y a du bonheur dans la maison. Quand tu cuisines, tu chantes. C'est merveilleux.

Si vous avez des droits, vous n'êtes pas timide avec vos employeurs. Mais si vous ne le faites pas et que vous voyez vos employeurs, alors vous avez peur.,

J'adore mon travail. Les gens pensent que c'est un travail vulnérable, mais ce n'est pas le cas. Je l'aime. J'ai longtemps travaillé pour mon employeur et nous entretenons de bonnes relations. Elle m'a donné quelque chose de petit pour le voyage ici. Nous avons une bonne relation. Si elle m'appelle et me demande de faire quelque chose pour elle, je vais le faire.

Parfois, je vais laver pour les gens parce que j'adore ça. Je suis fier de ce que je suis capable de faire.

Histoires récentes

Rechercher