Nous devons employer des femmes enceintes, allaitantes et des mères

Asmaou Bah montre l'exemple, SYNEM-Guinée

Détails

Nous devons employer les femmes enceintes, allaitantes et les mères :
Asmaou Bah montre l'exemple 

Asmaou Bah Doukouré, le secrétaire général de SYNEM-Guinée, le syndicat national des travailleurs domestiques qui défend les intérêts matériels et moraux des travailleurs domestiques, est arrivé chez elle. Elle a vu la belle scène d'une mère baignant son enfant. Il s'agit de Djeinabou Diallo, la domestique à domicile employée dans son foyer avec sa fille. Elle l'a encouragée à participer au concours d'œuvres d'art de la Fédération internationale des travailleurs domestiques en soumettant une photo de ce moment de complicité familiale.

L'image représente l'un des multiples fardeaux portés par les femmes, car en plus de s'occuper à plein temps de son enfant, Djeinabou est également une employée effectuant un quart de mère et un quart de domestique, qui ne sont ni l'un ni l'autre des emplois faciles . Avoir l'enfant sur son lieu de travail adoucit ses journées : "C'est l'amour de cette mère et de cet enfant qui existe contre les difficultés de la vie."

Presque partout, la plupart des employeurs n'acceptent pas d'embaucher des femmes enceintes ou allaitantes, encore moins des femmes qui ont leurs enfants avec elles. Lorsque les employeurs comprennent que les femmes qui ont des enfants ont droit à des emplois, c'est un grand pas dans la bonne direction. En tant que dirigeante syndicale, Asmaou a employé Djeinabou alors qu'elle allaitait encore sa fille afin d'encourager d'autres employeurs à faire de même. En Guinée, la législation du travail ne discrimine pas les mères dans l'emploi, mais discrimine les travailleuses domestiques. Outre les protections juridiques requises pour les travailleurs domestiques avec enfants, Asmaou parle de la volonté individuelle de changement. "Nous manquons de pratique", a-t-elle déclaré. "Les employeurs licencient souvent les employées de maison enceintes en pensant qu'une fois l'enfant arrivé, ces femmes ne pourront plus s'occuper du ménage et passeront leur temps avec leur enfant à la place." Cependant, Asmaou sait avec certitude que les travailleurs domestiques sont des travailleurs compétents qui exécutent impeccablement leur travail pendant que leurs enfants sont avec eux et dans des contextes de résidence. Asmaou plaisante : "Ce n'est peut-être pas seulement la loi, mais la loi de la nature cruelle de certaines personnes qui doit cesser." Asmaou encourage les syndicalistes à donner l'exemple pour contrer les mauvaises pratiques dans leur secteur. 

Grâce à la sensibilisation, le  Syndicat National des Employés de Maison de Guinée (SYNEM-GUINÉE)  encourage les travailleurs à améliorer leurs conditions de vie. Ils sensibilisent les travailleurs par le biais des médias grand public, des médias sociaux et même du porte-à-porte. Depuis la propagation du COVID-19, avec l'aide de l'IDWF, le SYNEM a commencé à tendre la main à encore plus de travailleurs dans les zones reculées pour les aider à subvenir à leurs besoins immédiats et à survivre, à la lumière des pertes d'emplois massives. Djeinabou en est un exemple. Elle n'est pas seulement une mère et une employée de maison, mais aussi une syndicaliste. Elle a nommé sa fille qui est avec elle sur la photo en l'honneur d'Asmaou Bah, car avant son emploi, la secrétaire générale du SYNEM s'est occupée d'elle pendant sa grossesse.

Vous pouvez vous impliquer et soutenir la pérennité de notre mouvement fort de 590,000 XNUMX personnes.

"Nous espérons que vous vous voyez reflété dans ces pages afin que nous puissions imaginer un monde où l'on prend soin de nous."

Histoires récentes

Rechercher