SYNEMAG-B joue beaucoup d'accords

Activités génératrices de revenus pour les travailleurs dépossédés, Calendrier FITD 2022

Détails

Le SYNEMAG-B joue de nombreux accords : Activités génératrices de revenus pour les travailleurs démunis

La photo présentée pour notre mois de février a été prise le jour de la fête du travail 2019 au Burkina Faso lors d'une marche organisée par de nombreux travailleurs, dont des travailleurs domestiques. Nous avons rencontré Assétou Espérance Traoré, qui est le point focal des activités à SYNEMAG-Burkina Faso et la vice-présidente du comité des femmes de l'UITA pour en savoir plus sur ce moment historique et sur les femmes qui l'ont rendu possible. Assétou a été rejoint par Salimata Kiemtore, l'employée de maison représentée sur la photo.

Sur la photo, on voit Salimata Kiemtore, une employée de maison dans la trentaineth semaine de grossesse. Elle a défilé parce qu'elle était en colère contre ses conditions de travail : "Je voulais montrer notre mécontentement face au manque flagrant de reconnaissance de nos droits", a-t-elle déclaré. « Nous n'avons pas de congé de maternité et nous ne pouvons pas non plus emmener nos tout-petits avec nous au travail. Nous devons travailler les neuf mois jusqu'à ce que nous arrivions à l'accouchement. Salimata s'est tenue en première ligne de la marche pour que les autorités puissent la voir et comprendre que les travailleuses domestiques doivent avoir les droits des travailleuses et des femmes, qu'il s'agit d'une travailleuse enceinte qui doit être entendue. Cette marche de la fête du travail était différente de la précédente parce que ce sont les femmes qui la menaient, pas les hommes.

Depuis 2015, l'UITA souhaitait tendre la main aux travailleurs domestiques, alors Assétou a rencontré le SYNEMAG-B et les a aidés à s'affilier à l'UITA et à l'IDWF. Issue d'un milieu syndicaliste, elle souhaite que les travailleuses ne soient plus vulnérables : "le monde du travail est le monde du travail, et il n'y a aucune raison de minimiser ou de négliger un secteur d'activité", a déclaré Mme Assétou. « Le travail est une chaîne domestique, culturelle, médicale, diplomatique, etc. Et tout le monde compte sur le travail domestique pour compléter la chaîne. Imaginez n'importe quel foyer sans travail domestique : c'est catastrophique !

Au Burkina Faso, le congé de maternité est un droit pour les secteurs privé et public, dans tout secteur reconnu comme « travail », ce qui n'est pas le cas pour le travail domestique. Parmi les travailleuses domestiques organisées au SYNEMAG-B, seules 3 à 5 % environ peuvent accéder à une forme quelconque de congé de maternité, et seulement si elles sont de grandes négociatrices, sinon : « Ce n'est même pas une négociation. On ne négocie pas avec son employeur ; ils obéissent simplement pour ne pas être renvoyés. Au syndicat, Assétou supervise de nombreuses activités. Parallèlement à la formation des travailleurs domestiques sur le lobbying pour leurs droits en utilisant la Convention sur les travailleurs domestiques C189, elle organise des activités de développement personnel pour améliorer les compétences des travailleurs, ce qui leur donne plus de confiance pour défendre leurs droits.

Salimata a eu trois enfants alors qu'elle travaillait comme employée de maison : elle était enceinte de son deuxième enfant sur la photo. Son aîné a maintenant 22 ans et le plus jeune a 5 mois. Elle le tenait dans ses bras en racontant son histoire : "Avec celui-ci, j'ai été licenciée alors que j'avais 16 semaines, car j'essayais de négocier un congé maternité avec mon employeur qui ne me versait aucune cotisation sociale et me donnait moi pas de feuilles. Il m'a virée à la place », a-t-elle déclaré. Salimata est au chômage depuis. Chercher un emploi pendant la grossesse n'a pas réussi, ni chercher un emploi avec un bébé dans les bras : « Je ne pouvais pas laisser un bébé de 5 mois à la maison pendant que je travaillais, mais personne ne voulait de nous.

Avec son deuxième enfant, Salimata n'a pu conserver l'emploi que parce qu'elle a travaillé jusqu'à l'accouchement. Elle a eu de la chance : son accouchement est survenu la semaine où ses employeurs étaient en vacances. Après leur retour, elle a repris le travail. Elle avait l'habitude de laisser son deuxième enfant chez un vendeur ambulant qui vendait des produits de boulangerie près de la maison de son employeur. Elle le mettait dans une boîte en carton près du gentil étranger et allait travailler de 7 h à 5 h tous les jours. Elle ne pouvait pas allaiter et ne quittait la maison de son employeur qu'en secret pour surveiller son enfant si l'occasion se présentait. Sinon, elle devait travailler sous le regard des employeurs sans prendre de pause. Son fils avait de l'eau et parfois du lait en poudre bon marché, pas dans la consistance dont un enfant a besoin.

Salimata est employée de maison depuis 23 ans, depuis qu'elle a 14 ans, et membre du SYNEMAG-B depuis 21 ans. Les membres se réunissaient d'abord dans des églises et en secret parce qu'ils n'avaient pas d'espace pour s'organiser. Salimata se souvient de la première réunion ils avaient. Elle se souvient d'avoir beaucoup appris, par exemple, qu'elle travaille bien au-delà des heures acceptables, que c'est courant, mais que ce n'est pas bien. Elle a également appris qu'elle avait le droit de sortir pendant la pause déjeuner. Cette information l'a motivée.

Avec le COVID-19, le SYNEMAG-B se concentre sur la création d'activités génératrices de revenus pour ses membres. Les travailleurs domestiques sont formés à la production de savon liquide, de shampoing et de produits de nettoyage afin qu'ils puissent avoir un revenu supplémentaire pour compléter leurs salaires qui ont été déduits lors de la pandémie. L'UITA les a mis en contact avec des travailleurs de l'hôtellerie et des travailleurs du secteur du tourisme, pour permettre aux hôtels d'acheter des produits de nettoyage de cette initiative.

Les travailleurs continuent de chercher des lieux pour diversifier leurs revenus. Ils envisagent actuellement une formation sur les techniques d'élevage des poules, afin que les familles des travailleurs domestiques puissent avoir quelque chose sur quoi se rabattre. Lorsqu'un travailleur domestique est plus confiant qu'il peut accéder à une forme de subsistance et qu'il n'est pas piégé dans un mauvais travail, il se permet de négocier davantage. Lorsqu'ils sont convaincus qu'ils ont des compétences supplémentaires autres que le ménage, la cuisine et les soins, ils sont plus rassurés que si l'employeur les licencie, ils peuvent chercher un autre emploi. Assétou explique également qu'il s'agit d'une stratégie intelligente pour tous les types de travailleurs : « Par exemple, les travailleurs du secteur public, comme les comptables, ne se limitent pas à la comptabilité. Ils suivent une formation complémentaire en gestion des ressources humaines ou apprennent une langue supplémentaire pour améliorer leur profil. Pourquoi cela ne serait-il pas une option pour le secteur du travail domestique ? » elle explique. « Nous appelons cela jouer plusieurs accords ! »

Salimata, par exemple, aime cuisiner. Elle a appris la cuisine libanaise avec une famille, puis la cuisine allemande puis française avec d'autres et connaît aujourd'hui de multiples cuisines internationales. Elle travaillait comme nounou le matin et travaillait au restaurant jusqu'à 2 heures du matin. Dans un monde où le travail domestique est reconnu, elle souhaite se spécialiser en tant que chef. Les formations et les cours de renforcement des capacités professionnelles étant rémunérés et inabordables, les syndicalistes tentent de trouver un budget pour financer des activités génératrices de revenus, enseignées aux travailleurs. Et malgré la détérioration de la situation avec la COVID-19, ces syndicalistes ne renoncent pas à leurs projets. Comme l'a dit Salimata : « J'aime ce que je fais. Quand vous aimez ce que vous faites, vous devez vous battre pour cela. Alors, je me bats pour le travail domestique.

Vous pouvez vous impliquer et soutenir la pérennité de notre mouvement fort de 590,000 XNUMX personnes.

Nous espérons que vous vous voyez reflété dans ces pages afin que nous puissions imaginer un monde où l'on prend soin de nous.

Histoires récentes

Rechercher