J'ai dormi dans la niche parce que je voulais aller à l'école, dit Shirley Pryce, JHWU

Shirley Pryce, elle-même ancienne travailleuse domestique, défend les droits des travailleurs domestiques en Jamaïque et dans les Caraïbes. Globalement, le souvenir de ses employeurs l'enfermant la nuit parce qu'elle voulait suivre des cours du soir la hante à ce jour. Suite à la ratification par la Jamaïque de la Convention de l'OIT sur les travailleurs domestiques, Pryce plaide en faveur d'une loi nationale pour protéger les droits des travailleurs domestiques.

Détails

Lire l'article original en entier : D'où j'en suis : « J'ai dormi dans la niche parce que je voulais aller à l'école » | ONU FEMMES

« J'ai travaillé pour une famille de quatre personnes à Kingston pendant neuf ans. Je voulais étudier et je me suis inscrite aux cours du soir. Mais j'étais une employée de maison à domicile et mes employeurs pensaient que je ne devais pas avoir de temps pour moi. Quand je suis rentré de l'école le soir, j'ai trouvé la porte fermée. J'ai sonné à la porte; J'ai frappé, mais ils n'ont pas ouvert la porte. J'ai dormi dans la niche. Cela s'est produit à plusieurs reprises.

Le matin, mes employeurs m'ouvraient la porte pour que j'entre et commence à préparer le petit déjeuner. Ils ne m'ont jamais demandé une seule fois où j'avais dormi. Cependant, j'ai persévéré et je me suis mis à l'école. Finalement, j'ai obtenu une bourse pour étudier le travail social à la Pennsylvania State University aux États-Unis !

Je suis retournée en Jamaïque après mes études et j'ai commencé à syndiquer les travailleuses domestiques. Je ne voulais pas que les autres traversent les épreuves que j'ai dû endurer. Nous avons créé la Jamaica Household Workers Association en 1991 et sensibilisé les travailleurs domestiques des paroisses de la Jamaïque à leurs droits. Nous avons développé des campagnes, distribué des dépliants et parlé à la radio.

Le monde du travail est en train de changer pour les travailleurs domestiques en Jamaïque. Maintenant, nous sommes organisés et connaissons nos droits. Nous avons également sensibilisé les employeurs. Les médias prêtent attention à nous lorsque nous nous exprimons.

Mais les travailleurs domestiques ne peuvent pas avoir des droits égaux tant qu'il n'y a pas de lois en place pour les protéger. Nous travaillons avec le gouvernement sur une loi nationale pour les travailleurs domestiques.

Les gens disent que je suis très audacieux. Je suis audacieux pour le changement. Lorsque j'aborde des représentants du gouvernement, je leur dis que nous ne vous demandons pas de faveurs. Vous êtes notre gouvernement et vous êtes ici pour travailler pour nous.

La source: ONU FEMMES – D'où je me tiens : « J'ai dormi dans la niche parce que je voulais aller à l'école »

Histoires récentes

Rechercher