Malaisie : Chroniques de mon expérience genevoise à la 107e Conférence internationale du Travail

Contributeurs : Liezl Galdo

Par Liezl Galdo – Chef du comité d'organisation d'AMMPO, une travailleuse domestique migrante philippine en Malaisie

Détails

Chronique de mon expérience genevoise au 107th Conférence internationale du Travail

Par Liezl Galdo – Chef du comité d'organisation d'AMMPO, une travailleuse domestique migrante philippine en Malaisie

J'ai voyagé avec Vicky Kanyoka (coordinatrice régionale pour l'Afrique) à Genève depuis Amsterdam. Nous sommes arrivés à l'aéroport de Genève vers 2 heures et nous nous sommes dirigés vers l'appartement que l'IDWF avait réservé pour la moitié de notre délégation. Nous avons eu un briefing le même jour et sommes allés au marché pour acheter de la nourriture.

J'étais tellement excité en voyant l'endroit mais un peu désespéré parce que je m'attendais à voir de la « neige ».

Photo de : WIEGO

Jour 1:

J'étais plein d'excitation, je pensais à ce qui allait se passer pendant la CIT (réunion de la Conférence internationale du Travail), et comme c'était ma première fois, je n'avais aucune idée de ce qui allait se passer les jours suivants.

Jour 2:

L'après-midi avait lieu la réunion des ouvriers prévue. Nous avons été orientés par Karin Pape (IDWF Europe Coordinator) sur le déroulement de la conférence, les règles d'engagement et notre participation. Puisqu'il s'agit d'une réunion tripartite, nous ne pouvons qu'observer comment les employeurs se comporteront éventuellement. Une brève revue du thème de la conférence a été faite.

Jour 3:

La réunion de la Confédération syndicale internationale a eu lieu et des tâches et des rôles ont été attribués aux représentants qui allaient présider ou coprésider les différents groupes de discussion. Fish Ip, coordinateur de l'IDWF pour l'Asie, nous a dit que nous devions faire pression auprès de nos représentants gouvernementaux. Je me demandais comment faire pression? Elle nous a dit que nous devions demander à nos représentants du gouvernement quelle était leur position sur la convention, s'ils soutenaient une « recommandation seulement ou soutenaient une convention ».

J'étais si heureux de voir nos frères du MTUC. (Congrès des syndicats de Malaisie)

Jour 4: (Jour 1 de la réunion de l'ILC)

Il a commencé les réunions de l'ILC. C'était la présentation officielle des représentants officiels et qui présidera la conférence. Au début je n'ai rien compris, surtout avec la présentation de l'employeur, tout était tellement flou pour moi.

Aujourd'hui, j'ai rencontré Nice, une sœur de SENTRO (une confédération syndicale aux Philippines). C'était agréable de la voir, elle m'a montré le représentant du gouvernement philippin et m'a montré où elle était assise dans la pièce. Dans mon esprit, je n'arrêtais pas de penser comment puis-je approcher et me rapprocher de notre représentant national. Enfin, j'ai pu lui parler et me présenter, mon organisation et ses affiliations. Je ne me sentais pas seul après avoir rencontré Nice de SENTRO.

Photo: Jennifer poisson

Jour 5: (Jour 2 de la réunion de l'ILC)

J'ai commencé à intérioriser le processus et donc les sujets abordés lors des sessions et petit à petit j'ai commencé à faire ma part… à la recherche de notre représentant national pour faire pression sur lui. Ce jour-là, j'ai rencontré et pris un selfie avec le sous-secrétaire Joel Maglunsod du ministère du Travail et de l'Emploi des Philippines. J'étais tellement excitée de leur raconter nos histoires.

Jour 6: (Jour 3 de la réunion de l'ILC)

Il y a eu des discussions animées entre les gouvernements, les employeurs et les représentants des syndicats. Ce jour-là, j'ai intériorisé et vraiment compris ce qui se passait à l'intérieur de la session plénière. Les discussions et débats de la session tripartite se sont terminés vers 10 heures, sans clôture ni conclusion claire ; il s'agissait de discuter d'amendements.

Jour 7: (Jour 4 à la réunion de l'ILC)

J'ai observé qu'il y avait un progrès dans les discussions mais je me sentais déjà tellement fatigué des débats des jours 1-3. Bien que fatigués mais toujours inspirés et impatients de voir un résultat positif de la conférence. Nous sommes rentrés à l'appartement vers 6h.

Jour 8 (jour 5 à la réunion de l'ILC)

Je me sentais positif et je pouvais voir que tout le monde était calme et détendu.

Observations générales et réflexions :

  1. La représentante des travailleurs (Marie Claire Walker du Congrès du travail du Canada) a très bien fait sa présentation.
  2. Comment les gouvernements africain et cubain ont été très favorables au groupe des travailleurs, et ont également été très heureux que notre gouvernement (Philippines) ait commencé à se faire entendre et à participer au 3rd jour du débat. Le gouvernement indien s'est opposé à la convention. Je n'arrêtais pas de me demander pourquoi le gouvernement indonésien n'avait pas défendu ou favorisé le groupe des travailleurs, alors que leur peuple, les travailleurs migrants indonésiens, est le plus vulnérable, en particulier ici en Malaisie. Enfin, certains des syndicalistes étaient tellement silencieux.
  3. J'ai besoin d'en savoir plus sur la législation des deux pays afin de mieux me doter de connaissances sur les lois des deux pays

Ce que j'ai appris de cette expérience, c'est comment ces conventions de l'OIT sont élaborées, comment les débats sont discutés et, plus important encore, ce que je dois faire - à savoir LIRE et ÉTUDIER davantage les législations de chaque pays, à la fois d'origine et Pays d'accueil. Si vous êtes équipé de ces outils, vous êtes vraiment prêt à négocier avec votre gouvernement.

Photo: Jennifer poisson

Histoires récentes

Rechercher